Density is not real

Une exposition de Eric Baudart
2005


La galerie Valentin propose « Density is not real », seconde exposition personnelle de l’artiste Éric Baudart.

Le travail d’Eric Baudart organise un jeu complexe et précis, une mise en abîme permanente du regard. Dans des photographies aux supports et aux formats très choisis et des sculptures aux matériaux inattendus, il nie le principe de réalité. Ses oeuvres sont un questionnement permanent sur le processus. Le titre « Density is not real » reprend la notion abstraite de densité à la fois scientifiquement précise et paradoxalement abstraite. Au travers de cette série de nouvelles oeuvres, Éric Baudart pose son univers minimal mais infiniment habité de détails.

Parmi les oeuvres présentées à l’exposition… « Cubikron » : scellé dans une structure de verre, un cube, fait de milliers de tiges de spaghettis, organise un savant paradoxe entre la trivialité du médium (des pâtes alimentaires), et l’aspect minimal de l’œuvre. « Poussière, Swit » : deux photographies sous diasec de format important. Comme la série des « Marble’s gum » présentée dans sa précédente exposition, elles sont conçues à partir de numérisation haute-définition. Dans leur première appréhension elles s’apparentent à un  Pollock" photographique à la fois direct et abstrait. Elles révèlent ensuite comme une seconde nature, tous les détails microscopiques de la poussière (matières réduites à l’état de particule, minuscules insectes…). « La Chapelle au caoutchouc » : un tirage ultra-brillant, épinglé par le haut au centre. Ses bords se replient naturellement de chaque coté de l’image d’une plante révélant la nature irréelle et sculpturale d’un caoutchouc. Une série de vidéos présentées sur moniteur. N’excédant pas quatre minutes, ce sont des prises directes du réel ou de séquences extraites de films. Elles sont une rupture nécessaire dans le processus de production de l’artiste.

Au-delà des apparences, le sujet d’Eric Baudart est l’image. Une image construite et organique, par essence inédite, retranscrite sur tous médiums, une photographie sans vérité témoignant de la multiplicité potentielle du document, une image envisagée dans le « temps numérique ».